Des vœux

Ils disaient : « Vous savez, qui prend mari prend pays. » Elle restait silencieuse, le temps de prendre trois gorgées d’Orange Pekoe, puis leur répondait : « Je connais des quartiers où, toutes les nuits, sur les balcons, on renouvelle ses vœux du bout des lèvres. »

Publicités