Des coutures

Avec l’arrivée du printemps, elle avait recommencé à marcher. D’abord jusqu’à sa boîte aux lettres, fixée à la clôture de fer basse qui sépare les herbes folles du trottoir poussiéreux, puis jusqu’au coin de la rue. Et puis… après avoir parcouru quelques centaines de mètres, elle s’arrêtait, regardait les houppiers pour retrouver une manière de nord.

 

Parfois elle s’assoyait sur un banc, mains jointes sur ce qu’il lui restait de cuisses, jusqu’à ce qu’un passant lui demande où elle résidait. Chaque fois, elle répondait : « Je connais très bien l’endroit où j’habite, mais j’essaie, de temps à autres, d’en habiter l’envers. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s