De la satisfaction

Elle s’était réveillée en plein après-midi avec les idées claires. Elle s’était redressée, non sans peine, avait laissé la peau de ses pieds glisser dans des pantoufles qu’on aurait dites centenaires. Puis, elle s’était dirigée vers la cuisine en empruntant le couloir aux murs tapissés de motifs végétaux – bardanes, marguerites, boutons d’or.

 

Après être restée immobile devant le comptoir plusieurs minutes, elle saisit entre ses mains la poivrière en bois d’aulne qu’elle rangea dans le réfrigérateur, près d’un melon et d’un sac de haricots.

 

Elle s’était alors dite satisfaite de l’assemblage, sachant que, le lendemain, tout serait à recommencer.

Publicités